Pétition : 300 signatures pour un quartier pacifié et tranquille

A l'initiative de toutes les associations du quartier, une pétition a réuni plus de 300 signatures (sur les 1048 logements du groupe concerné) et a été transmise aux différents acteurs (Paris Habitat OPH, bailleur social, Mairie Centrale, Mairie d'Arrondissement, Préfecture et Commissariat de Police).

Voici le texte de cette pétition :

Collectif des résidents de la zone Lefebvre – Périchaux

Pétition pour un quartier tranquille

Avec le soutien des associations locales « Vivre à Brancion-Brassens », « AL119 », « ALIP » et « AL143 »

Résidents du quartier proche des stations de Tramway T3 Brancion et Georges Brassens, nous dénonçons :

  • Les menaces verbales à l‘encontre des résidents qui souhaitent accéder à leurs logements, réclament le calme ou portent plainte contre des exactions
  • Les graffitis sur les parties communes et la destruction volontaire du mobilier urbain : tags, destruction de lampadaires, destructions de vitrines de magasin, etc.
  • Les jets de détritus en dehors des espaces aménagés, en particulier les restes de libations nocturnes (restes d’aliments et emballages de fast-food, canettes et bouteilles d’alcool laissées à l’endroit de la consommation)
  • Les occupations abusives des parties communes : occupation des halls d’immeuble, urine dans les escaliers d’accès aux caves ou au parking, destruction des systèmes de fermeture des portes d’immeubles nuisant à la sécurité des habitants et troublant la jouissance de leur résidence
  • Les nuisances sonores, bruits, tapages diurnes et nocturnes : matchs de football en soirée et pleine nuit dans l’enceinte du groupe Lefebvre-Périchaux, réunions
    de bandes tardives et très bruyantes, circulation nocturne de scooters à l’intérieur du groupe
  • La toxicomanie et le trafic de stupéfiants quotidiens, en particulier dans l’entrée du parking souterrain donnant sur le boulevard Lefebvre avec des « guetteurs » installés tout autour, notamment à la station de tramway Brancion et l’enrôlement forcé d’enfants pour assurer la surveillance
  • Ivresse publique : consommation d’alcool sur la voie publique
  • Stationnement illicite de véhicules douteux sur les voies d’accès pompiers et d’accès au parking souterrain
  • L’impossibilité pour les jeunes enfants de pouvoir jouer dans les parties du groupe qui leur sont normalement dédiées et qui sont régulièrement squattées par des bandes

    Pour le bien-être de tous, nous demandons que des mesures soient mises en oeuvre pour traiter rapidement mais surtout durablement ces troubles de jouissance et de tranquillité des familles résidentes. Les agissements de ces bandes (délinquants ou non) habitants ou non des immeubles avoisinants, doivent cesser. Nous demandons donc aux pouvoirs publics un effort en matière de gestion des problèmes :

  • Meilleure coordination des responsables locaux de la sécurité (Police, Paris-Habitat, Mairie)
  • Présence accentuée d'éducateurs en matière de prévention, ainsi que des rondes de Police et du GPIS.
  • Installation rapide de la vidéo surveillance sur le site.
  • Mise en demeure par Paris-Habitat OPH des familles ou des individus délictueux, avec des perspectives de sanctions à préciser pour être crédibles.

    L’anonymat des signataires de cette pétition sera impérativement respecté compte-tenu du précédent particulièrement douloureux vécu par des habitants du groupe (menaces et agressions).

    Destinataires : Maire du XVème arrondissement, Commissaire de Police du XVème, Direction antenne locale de Paris Habitat, Maire de Paris, Préfet de Police de Paris, Directeur Général de Paris Habitat.