Le Parisien du 13/12 : opération anti-drogue aux Périchaux

Capture d'écran du site LeParisien.fr

Dans son édition du vendredi 13 décembre, le journal Le Parisien révèle qu'une opération anti-drogue a été effectuée dans les immeubles des Périchaux ces derniers jours.

L'article complet est consultable ici :
http://www.leparisien.fr/espace-premium/paris-75/operations-coup-de-poin...

Notre association se réjouit évidemment de cette opération, et nous tenons à remercier les forces de Police ayant permis d'y parvenir.

Ce coup de filet confirme que les trafics perdurent dans ce quartier, malgré toutes les opérations et surveillances mises en place.

Une précédente opération de ce type avait déjà été menée le 26 juin 2013 (voir notre billet : http://www.brancion-brassens.org/2012-06-30-Anti-drogue-aux-P%C3%A9richaux).

Ces interventions spectaculaires traitent les symptômes du malaise de ce quartier en surface ; mais malheureusement, un énorme travail reste à faire sur le fond :

- obtenir une réponse ferme de la justice pour les trafiquants qui gangrènent ce quartier : au vu des faibles montants et quantités de drogue saisis, les sanctions encourues par les personnes interpellées sont dérisoires (d'autant plus que ce sont pour la plupart des mineurs laissés à l'abandon par leurs parents). Ils vont donc recevoir un sermon et retourner vivre ici : nous demandons que ces fauteurs de troubles soient soumis à des travaux d'intérêt général dans le quartier dès la première incartade (en particulier le nettoyage des ordures qu'ils laissent trainer partout lors de leurs soirées nocturnes) puis, en cas de récidive, que eux-même et leurs familles soient expulsés des logements sociaux qu'ils occupent ; logements sociaux financés par les impôts des voisins qu'ils importunent et volent ;

- arrêter d'entasser ici des populations non intégrées et en trop grand nombre : l'effet moralisateur de la mixité culturelle et morale ne fonctionne plus s'il y a trop de gens à intégrer. Malgré les efforts des éducateurs, des bénévoles, des écoles, l'échec scolaire et social est inquiétant, les enfants seront tentés par l'argent facile de la rue et des trafics et vont reproduire l'exemple de leurs ainés ;

- stopper définitivement la création de logements sociaux dans tout le quartier : avec des taux de logements sociaux de 50% en moyenne, voire jusqu'à 94% au coeur du quartier Brancion/Brassens, la mixité sociale n'existe pas. Il faut inverser la tendance, et favoriser la création de logements privés ;

Ce ne sont que quelques exemples d'actions possibles, mais rien ne changera ici tant que des traitements en profondeur ne seront pas appliqués.